29-02-2024 Entretien

Et si on utilisait les nématodes auxiliaires pour se débarrasser des chenilles processionnaires ?

Consacrés 1er prix Paysalia Innovations Awards 2023, les nématodes auxiliaires Entonem de KOPPERT ont intrigué les professionnels du paysage.

Feuille
Structure de la page
Éditeur de texte

Consacrés 1er prix Paysalia Innovations Awards 2023, les nématodes auxiliaires Entonem de KOPPERT ont intrigué les professionnels du paysage. Penchés sur une loupe, les visiteurs de Paysalia ont pu découvrir leurs nouveaux "collaborateurs" : des vers parasites qui ont pour mission de détruire les chenilles processionnaires du pin et du chêne. Une véritable protection biologique, sans aucune contrainte réglementaire ! Nous avons rencontré Adeline Infray, Responsable Marketing & Communication de KOPPERT France, pour faire le point sur l'innovation Entonem et sur les retombées de sa victoire aux Paysalia Innovations Awards.

 

nématodes auxiliaires Koppert
Vue au microscope des nématodes auxiliaires de Koppert


Les nématodes auxiliaires, un outil de choix pour se débarrasser des chenilles processionnaires

 

KOPPERT ne cesse de développer des alternatives aux pesticides pour améliorer la santé des végétaux, en surface comme sous terre. Depuis 1986, l'entreprise est devenue la figure de proue des produits à base de nématodes auxiliaires, fabriqués par seulement trois entreprises dans le monde. Si la marque œuvre initialement pour une agriculture 100 % durable, elle s'oriente également vers l'entretien des espaces verts, notamment avec sa gamme biocontrôle contre les chenilles processionnaires du pin et du chêne.

 

Entonem, leur dernière innovation, a été couronnée du 1er prix Paysalia Innovations Awards 2023 pour sa réponse à un véritable enjeu de santé publique. L'utilisation de nématodes ne manque pas d'arguments, comme nous l'explique Adeline Infray : « C'est un macro-organisme totalement biologique, compatible avec la loi Labbé, sans délai de réentrée des espaces traités. En outre, les nématodes Entonem ont le grand avantage d'être tolérants au froid, ce qui permet d'élargir la période d'application. »


Une application facile par tous et sans contraintes


Les nématodes de KOPPERT sont conditionnés dans des sachets solubles à mélanger dans de l'eau. Entonem est compatible avec tout système d'application, ne nécessite pas d'équipement de protection individuelle et est sans contrainte réglementaire. Point bonus : on peut même le pulvériser avec un drone pour atteindre les zones difficiles d'accès ! De quoi compléter le panel d'outils biologiques déjà existants pour se débarrasser de la chenille processionnaire.

 

Une fois relâchés, les nématodes auxiliaires entrent dans la chenille processionnaire au stade juvénile par ses orifices naturels, déploient une bactérie symbiotique, se multiplient et éliminent la chenille. Le traitement est efficace, facile, sûr et durable.

 

Larve de chenille processionnaire
Une larve de chenille processionnaire morte récente

 

Seul point noir au tableau : les aprioris sur ces vers parasites. « Quand on parle de nématodes, on pense souvent aux nématodes ravageurs. Mais il existe aussi des nématodes auxiliaires — comme le Steinernema feltiae que nous utilisons — totalement inoffensifs pour l'humain et les autres animaux, et qui s'inscrivent parfaitement dans une logique de biodiversité ! Nous travaillons à faire évoluer les mentalités, c'est pourquoi nous collaborons avec des instituts publics et techniques pour faire la communication autour de nos produits. »

 

Et n'oublions pas que la lutte contre les espèces invasives est avant tout une affaire collective


La R&D est inscrite dans les gènes de KOPPERT 


« Nous utilisons depuis longtemps les nématodes auxiliaires et nous les testons sur de nouvelles cibles tous les ans. La migration des chenilles processionnaires vers le Nord — et les problèmes de santé publique qu'elles occasionnent — nous a poussés à nous demander comment nos vers pouvaient nous débarrasser de ces indésirables. Nous avons testé notre idée pendant deux ans avant de sortir notre formule Entonem. » raconte Adeline Infray.

 

Quid de l'élevage de ces petits vers si utiles ? « Nos nématodes sont élevés dans nos usines aux Pays-Bas. Nous avons actuellement une capacité de 200 000 L de production par an, mais l'entreprise va d'investir dans de nouvelles cuves pour augmenter notre capacité ! »


Pour Entonem de KOPPERT, le prix Paysalia Innovations Awards a déjà des répercussions positives 
 

Si le stand de KOPPERT a été plutôt calme lors de la première journée du salon Paysalia 2023, l'ambiance a radicalement changé après l'annonce de leur premier prix Paysalia Innovations Awards 2023 : « Il y a eu beaucoup de passage les deux jours qui ont suivi la remise des prix. Principalement des personnes déjà connues : distributeurs clients, collectivités, mais nous avons aussi accueilli des prospects curieux comme des paysagistes indépendants, des fournisseurs ou encore des instituts techniques. »

 

Après le salon Paysalia, les retombées se sont intensifiées : « nous n'avons pas fait plus de communication que ça de notre côté, pourtant nous avons eu beaucoup de demandes de collectivités et d'instituts techniques qui souhaitaient avoir une présentation plus poussée. La presse nous a aussi bien mis en valeur. Nous n'avons pas encore les données de ventes car nous ne sommes pas encore dans la période d'utilisation du produit, mais nous avons vraiment gagné en visibilité. Nous sommes ravis ! »

 

En gagnant un prix Paysalia Innovations Awards, KOPPERT a renforcé sa visibilité auprès d'une cible très qualifiée et prépare le terrain pour un lancement de produit réussi. Vous aussi, ne manquez pas cette opportunité de booster la commercialisation de vos innovations.

Éditeur de texte

Merci à Adeline Infray pour sa contribution.

© Crédit photos : KOPPERT Biological Systems

Paragraphes
Éditeur de texte

Un événement en coproduction avec 

UNEP
Éditeur de texte

Depuis son lancement en 2009, Paysalia est organisé en co-production avec l'UNEP qui accompagne au quotidien les entreprises du paysage grâce à ses 13 Unions régionales. L'UNEP défend les intérêts des entreprises du secteur paysage et des jardins, élabore les normes sociales de la profession et pilote la création des règles professionnelles du métier.