27-04-2023 Environnement

5 min pour comprendre les enjeux de la décarbonation dans la filière paysage

Pour atteindre la neutralité carbone en 2050, les entreprises du paysage doivent décarboner leur activité… mais sont aussi capables de décarboner celle des autres.

Structure de la page
Éditeur de texte

La décarbonation des entreprises est l'un des principaux leviers pour combattre le réchauffement climatique et atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050. Alors que le prix de la tonne de carbone s'envole sur le marché européen, la décarbonation « à la source » obtient une place prépondérante et est désormais vue comme un moyen d'anticiper les réglementations à venir, de faire des économies et d'assurer la compétitivité des entreprises, y compris celles du paysage. Tour d'horizon des différents enjeux de la décarbonation dans un secteur en pleine mutation.


Comment décarboner les entreprises du paysage ?

Toutes les industries sont concernées et le secteur du paysage n'y échappe pas : la neutralité carbone fait partie intégrante des nouveaux enjeux de la filière, et recouvre tout le spectre de ses professions : paysagiste, architecte-paysagiste, industriels, prescripteurs... Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les pistes d'action sont déjà nombreuses pour limiter l'exploitation d'énergies fossiles !

Des véhicules utilitaires moins polluants

Début 2023, le Parlement européen a approuvé l'objectif de zéro émission de carbone à l'horizon 2035 pour les véhicules et camionettes neuves. Pour préparer cette transition, 13 pays européens ont déjà adopté les zones à faible émission (ZFE) avec 247 ZFE recensées en 2020, mais aussi la Chine, le Mexique, le Japon ou encore Israël (1). Les véhicules utilitaires thermiques sont contraints de s'adapter et se tournent vers le moteur électrique, dont l'autonomie et la faible densité de bornes de recharge en zone rurale peuvent transformer les tournées en véritable casse-tête. Autre solution : les véhicules utilitaires à hydrogène, dotés d'une meilleure autonomie, mais dont le bilan carbone est très perfectible puisque l'extraction d'hydrogène requiert une énergie deux fois supérieure à son rendement.

Quel véhicule utilitaire choisir ?

Les batteries s'imposent dans le matériel paysagiste

Le passage aux batteries électriques des tondeuses, débroussailleuses et autres matériels d'entretien est déjà une réalité, et de nombreuses innovations ont déjà été présentées au fil des différentes éditions du salon Paysalia. Outre son impact positif sur l'environnement, cette technologie prévient plus efficacement les risques professionnels. Elle supprime les vibrations qui peuvent générer des troubles musculo-squelettiques et diminuent drastiquement les nuisances sonores. Reste à développer de nouvelles sources d'énergie pour alimenter ces batteries : éolien, solaire, hydraulique, bioénergie…

Repenser les circuits d'approvisionnement

Pour réduire drastiquement les émissions de CO2, le secteur du paysage ne doit plus faire venir ses matériaux et végétaux depuis l'autre bout du monde et doit davantage prendre en compte l'impact carbone de sa chaîne d'approvisionnement. La relocalisation de la production horticole, industrielle et des matières premières est nécessaire et le circuit court revient sur le devant de la scène. On voit par exemple fleurir des initiatives de charte d'achat local, comme en Auvergne-Rhône-Alpes. C'est en plus l'assurance de choisir des végétaux plus résistants et résilients au climat local !

La filière du paysage est aussi un outil de décarbonation

Planter des microforêts urbaines, installer des toitures végétalisées, désimperméabiliser les sols… Toutes ces tendances qui dynamisent le secteur du paysage contribuent également à atteindre la neutralité carbone. L'énergie décarbonée et le recours aux matériaux biosourcés sont déjà au cœur de l'urbanisme durable, dont les projets écologiques innovants se multiplient aux quatres coins du monde.

Grâce à ses compétences, son savoir-faire et sa connaissance extrêmement fine de la nature et la biodiversité, la filière paysage se positionne à la fois comme un secteur capable de se décarboner lui-même… mais aussi de décarboner les industries connexes, comme celle du BTP qui représente en France 43 % des consommations énergétiques annuelles et génère 23 % des émissions de gaz à effet de serre (2).

BTP et paysage

Les procédés de construction et de rénovation évoluent dans ce sens, avec un changement d'approche sur tout le cycle de vie des matériaux, de leur extraction jusqu'à leur traitement en fin de vie. On voit également une nette amélioration de l'isolation avec le recours de pompes à chaleur, de murs et toitures végétalisés, de matériaux avec une meilleure inertie thermique comme la pierre naturelle, permettant de diminuer l'un des plus gros postes de dépenses énergétiques. Les jardins collectifs, balcons et terrasses bénéficient également de l'expertise des paysagistes pour se transformer en de micro-puits de carbone.

Urbanisme et paysage

Les collectivités territoriales jouent également un rôle dans l'atteinte des objectifs climatiques de L'Accord de Paris et peuvent compter sur l'ingéniosité du secteur du paysage pour renouveler leur mobilier urbain, repenser leurs espaces collectifs, réduire la consommation énergétique de leur éclairage nocturne, concevoir des quartiers bioclimatiques, etc. En bref, les axes d'amélioration sont multiples, et aucun secteur ne propose autant de solutions que celui du paysage.

Halte au greenwashing !

Si la neutralité carbone est un objectif important à atteindre pour le bien collectif, elle est souvent perçue comme une contrainte financière par les entreprises qui se contentent de compenser leurs émissions de gaz à effet de serre sur le marché de compensation volontaire au lieu de mener des actions « à la source », mais communiquent allègrement sur leur « neutralité carbone », profitant ainsi de la confusion générale autour de ce concept.

Pour encadrer ces dérives, une nouvelle norme internationale ISO 14068 est en cours d'élaboration et sera publiée le 24 juillet 2024. Elle permettra de mieux spécifier les principes, exigences et recommandations concernant l’atteinte et la démonstration de la neutralité carbone. (3)

Pour tout comprendre des enjeux de la décarbonation, le salon Paysalia vous convie à rencontrer des experts et vous fait découvrir un large éventail des solutions les plus innovantes sur le marché. Pour savoir comment répondre à cet enjeu en tant qu'entreprise du paysage et transformer la neutralité carbone en opportunité de développement pour votre business, demandez votre badge d'accès gratuitement !

Je visite Paysalia


(1) Ministère de l'Ecologie : Zones à faibles émissions :19 collectivités s’engagent pour la qualité de l’air
(2) Ministère de l'Ecologie : Construction et performance environnementale du bâtiment
(3) AFNOR : Gestion des gaz à effet de serre et du changement climatique et activités associées - Neutralité carbone

© Crédit photo : Artinun / Adobe Stock

Paragraphes
Éditeur de texte

Un événement en coproduction avec 

UNEP
Éditeur de texte

Depuis son lancement en 2009, Paysalia est organisé en co-production avec l'UNEP qui accompagne au quotidien les entreprises du paysage grâce à ses 13 Unions régionales. L'UNEP défend les intérêts des entreprises du secteur paysage et des jardins, élabore les normes sociales de la profession et pilote la création des règles professionnelles du métier.