06-03-2023 Métier

Ces femmes paysagistes célèbres aux travaux remarquables… mais pas assez remarqués

Innovantes, créatives, engagées, mais aussi oubliées : les femmes ont eu un impact important sur le paysagisme d'aujourd'hui.

Structure de la page
Éditeur de texte

Innovantes, créatives, engagées : les femmes botanistes et jardinières ont eu un impact important sur le paysage d'aujourd'hui. Leur contribution est pourtant régulièrement passée sous silence malgré une proportion de plus en plus importante de femmes dans le secteur. Pas très engageant pour donner envie aux jeunes étudiantes de se projeter dans ce secteur en pleine croissance ! Et si l'on remédiait à cela ?

Gertrude Jekyll, la peintre (1843 - 1932)


Portrait de Gertrude Jekyll dans son jardin

Cette paysagiste vouée initialement à la peinture trouva une autre forme d'expression artistique via les fleurs et plantes. Elle inventa une nouvelle forme d'architecture de jardins, fondée sur l'harmonie des couleurs, le travail des textures, senteurs et formes florales, et le recours au désordre végétal méthodique. Elle créa plus de 400 jardins, 2 000 plans paysagers, 14 livres et publia plus d'un millier d'articles. Son travail remarquable, qui influença la mouvance des jardins « au naturel », lui valut la médaille Victoria de l'honneur décernée par la Royal Horticultural Society.

Ellen Willmott, la rebelle (1858 - 1934)


Portrait d'Ellen Ann Willmott

Jardinière britannique, elle fut avec Gertrude Jekyll l'une des deux seules femmes décorées de la médaille Victoria de l'honneur en 1897. Experte des jonquilles, des iris et des roses, elle cultiva plus de 100 000 espèces de plantes. Elle conçut le jardin du cottage d'Anne Hathaway, épouse de William Shakespeare, en intégrant les fleurs qui apparaissent dans les œuvres du poète. Sa vie fut secouée par des événements tragiques, la laissant criblée de dettes et de chagrin, et son habitude de pénétrer les cercles professionnels réservés aux hommes a déclenché des médisances qui ont terni sa réputation. Aujourd'hui, plus de 60 plantes portent son nom et la vérité sur une partie de son histoire fut dévoilée en 2019.

Beatrix Farrand, l'universitaire (1872 - 1959)


Portrait de Beatrix Jones Farrand

Cette « jardinière du paysage » new-yorkaise — comme elle aime se définir — eut une influence considérable sur le paysagisme en Amérique du Nord. Seule femme membre fondatrice de l'American Society of Landscape Architects, elle se fit connaître par ses travaux paysagers dans les campus d'universités de Yale et Princeton et conçu de nombreux espaces verts prestigieux, dont un à la résidence Rockefeller. Elle travailla sur les jardins verticaux, les bordures fleuries et la préservation des plantes et paysages indigènes. Elle fonda un centre d'étude du paysage dans le Maine doté d'une vaste bibliothèque.

Ethel Earley Clark, la militante (1899 - 1976)


Photographie d'Ethel Granger McDowell Earley Clark, en rose.

Ethel Earley Clark a été la première Présidente et seule femme fondatrice des Negro Garden Clubs de Virginie, un mouvement militant emblématique de l'histoire des Afro-Américains. En pleine ségrégation, il rassemblait les jardiniers de la communauté Noire afin de prendre en main l'embellissement de ses quartiers, négligés intentionnellement par les autorités. Ethel Clark a ainsi impulsé la création de jardins ornementaux et potagers pour faciliter l'accès à la nourriture et permettre aux minorités de s'engager civiquement et politiquement pour améliorer leurs conditions de vie.

4 formes d'agriculture urbaine à découvrir

Beth Chatto, l'avant-gardiste (1923 - 2018)


Portrait de Beth Chatto
© Buddhaamoena, CC BY-SA 4.0, Wikimédia

Beth Chatto était une paysagiste anglaise célèbre pour ses jardins naturels et innovants, sur des sols considérés comme problématiques. Son approche écologique et durable s'appuie sur son crédo « la bonne plante au bon endroit », permettant de créer des jardins dans des lieux pauvres en eau ou sur des sols peu fertiles. Elle a partagé son expertise lors de conférences dans le monde entier et dans de nombreux livres de jardinage, contribuant ainsi au développement de l'approche écologique dans la conception d'espaces verts.

Wangari Maathai, l'écoféministe (1940 - 2011)


Portrait de Wangari Maathai
© Kingkongphoto, CC BY-SA 2.0, Wikimédia

À l'instar d'Ethel Earley Clark, la Kényane Wangari Maathai est à l'origine d'une des premières initiatives écoféministes africaines via le paysagisme. Surnommée « la femme qui parle aux arbres », cette biologiste de formation a oeuvré sans relâche pour la préservation du paysage. Elle créa en 1977 le Green Belt Movement, une initiative de reboisement qui incita les femmes à planter plus de 47 millions d'arbres pour lutter contre la déforestation qui les obligeait à chercher des ressources de plus en plus loin. Elle fut la première femme africaine à recevoir, en 2004, le prix Nobel de la paix.

Et aujourd'hui, quelle place pour les femmes dans le paysage ?

Si la profession est toujours en grande majorité masculine, davantage de femmes s'engagent dans la voie du paysagisme. Leurs effectifs ont grimpé de 33 % entre 2018 et 2020 en France, bien qu'elles ne représentent que 12 % des salariés du paysage. Leur profil rajeunit et s'oriente davantage vers des postes de terrain (28,5% des effectifs en 2020 contre 22,5 % en 2016).

Source : Unep

Le paysagisme évolue et le travail des organisations professionnelles pour lever les derniers préjugés paie. Les femmes sont plus que jamais conviées à se pencher sur les nombreuses opportunités de métiers offertes par le secteur ! Pour tout connaître sur les possibilités de formations et de reconversion professionnelle, rendez-vous sur le salon Paysalia, où des experts et organismes vous attendront sur le Village Emploi et Formation.

Rendez-vous sur Paysalia
 

Paragraphes
Éditeur de texte

Un événement en coproduction avec