29-08-2023 Ville Verte

4 techniques innovantes à découvrir pour un éclairage urbain autonome

Découvrez des alternatives écologiques et économiques pour rendre le mobilier urbain autonome en énergie.

paysalia
Paragraphes
Ckeditor

En quête d'alternatives écologiques et économiques pour rendre le mobilier urbain autonome en énergie ? Si l'éclairage fonctionnant à l'énergie solaire photovoltaïque est un must pour renouveler les lampadaires, il existe d'autres solutions moins connues, mais tout aussi prometteuses. Que vous soyez une collectivité ou une entreprise innovante à l'affût de brillantes idées, découvrez ces quatre approches différentes, mais complémentaires pour un éclairage urbain toujours plus innovant !

© Crédit photo : Paula / Adobe Stock

1. La bioluminescence, pour révolutionner l'éclairage urbain

Qui n'a jamais rêvé d'une balade nocturne enchanteresse dans la forêt d'Avatar, ce film de James Cameron où la bioluminescence est omniprésente ? Bonne nouvelle pour les romantiques et fans de science-fiction : en exploitant une réaction biochimique, il est possible de créer une lumière froide inépuisable, écologique, qui permet de lutter contre la pollution lumineuse, favorisant ainsi la création d'une trame noire.

Seul inconvénient : sa faible puissance. La bioluminescence est donc à réserver à certains usages, comme le rétroéclairage de panneaux d'affichage ou le balisage de routes ou sentiers.

Quelques exemples de projets de bioluminescence

La startup Glowee a utilisé ses bactéries pour éclairer le panneau d'affichage d'une salle de spectacle de Rambouillet (Yvelines) (1). Si l'entreprise a déposé le bilan en mai 2023, l'idée continue de faire son chemin avec d'autres initiatives. La startup strasbourgeoise Woodlight développe un balisage lumineux qui pourra délimiter les pistes cyclables et bords de routes en faisant appel aux plantes bioluminescentes (2). Lancement prévu pour 2024 !

© Glowee

Envie d'en savoir plus sur l'éclairage urbain bioluminescent ? 

2. La biochimie, ou comment exploiter l'énergie du sol

En voilà un projet étonnant ! Direction l'Espagne, où la startup Bioo a créé une batterie naturelle permettant d'allumer de petits spots LED (3).

L'idée a été lancée en 2016 lors d'une campagne de crowdfunding dont l'objectif était de commercialiser des plantes d'intérieur capables de recharger un smartphone. Depuis, la startup a fait du chemin avec des sols-batteries qui éclairent des parcs urbains. Un terrain de 7m² peut générer une puissance de 15Wh/jour, permettant d'alimenter jusqu'à six points lumineux ! Le mécanisme de cet éclairage urbain innovant fonctionne en deux temps : 

  1. La matière organique contenue dans le sol et d'engrais est entraînée à l'intérieur de la batterie par l'eau de pluie et l'arrosage.
  2. Des micro-organismes décomposent les molécules organiques en libérant des électrons, générant ainsi un courant électrique capté par la batterie.

© Bioo

L'innovation est dotée d'un système limitant l'évaporation permettant de diminuer jusqu'à 50 % les besoins en eau des sols. La batterie est donc doublement avantageuse pour les collectivités qui cherchent à éclairer sans consommer d'énergie et rationaliser leurs dépenses en eau.

3. Le sport, pour recycler l'énergie humaine en lumière

Les collectivités publiques ont la responsabilité d'inciter la population à bouger en construisant des aménagements sportifs spécifiques, ce qui les mène à s'intéresser de près au design actif et autres initiatives qui allient sport et découverte du paysage. Pourquoi donc ne pas combiner sport et éclairage ? Après tout, on trouve déjà des stations de fitness dans les gares pour recharger son smartphone tout en pédalant !

Quelques exemples de projets sportifs lumineux

Certaines entreprises voient déjà loin, comme The Great Outdoor Company qui conçoit du mobilier urbain sportif entièrement autonome. L'énergie est collectée pour alimenter des stations de charge de téléphone, l'éclairage et l'affichage des performances sportives (4). Un autre projet, qui n'a jamais vu le jour mais dont l'idée sera sans nul doute reprise, est le lampadaire ENERGYME imaginé par Dido Studio. (5)

© Dido Studio

4. La biomasse, pour allier propreté et luminosité des rues

Dernière idée et non des moindres pour les villes accueillant beaucoup de propriétaires de chiens : transformer les déjections canines en énergie. Insolite ? Et pourtant ! l'idée est née en Angleterre en 2018, quand l'inventeur Brian Harper s'et rendu compte que 10 sacs à crotte pouvait éclairer un lampadaire pendant 2h grâce au méthane que les déjections génèrent (6). Un projet similaire appelé Park Spark a élu domicile à Boston dans une aire de jeu pour chiens, où l'énergie collectée illumine un lampadaire (7).

© Park Spark

Vous recherchez des idées pour renouveler votre éclairage urbain et en réduire la consommation énergétique ? Vous avez créé un nouveau produit qui répond aux problématiques des collectivités ? Le salon Paysalia met l'innovation et le développement durable à l'honneur et vous invite à découvrir ce qui fera la ville de demain, lors de sa prochaine édition.

Découvrez le salon


(1) Libération : À Rambouillet, des bactéries marines illuminent pour la première fois la ville
(2) France Bleu : Strasbourg : une start up alsacienne veut créer des plantes bioluminescentes
(3) Bioo : Bioo Panel
(4) TGOGC : Cardio outdoor gym equipment that generates electricity
(5) Coroflot : ENERGYME Led Street Lamp
(6) The Guardian : From stools to fuels: the street lamp that runs on dog do
(7) Park Spark : Our story
 

Paragraphes
Ckeditor

Un événement en coproduction avec