03-10-2023 Ville Verte

Comment la filière du paysage peut-elle accompagner l'écomobilité urbaine ?

Des pistes cyclables à la désimperméabilisation des sols, des perspectives s'ouvrent au secteur du paysage qui peut accompagner l'écomobilité.

Ecomobilité urbaine
Structure de la page
Éditeur de texte

Dans une ville historiquement dominée par le règne de la voiture, un changement de paradigme s'opère : l'écomobilité s'immisce au cœur des stratégies d'aménagement du territoire. Des pistes cyclables à la désimperméabilisation des sols, des perspectives s'ouvrent au secteur du paysage qui peut apporter les réponses les plus adaptées au développement durable de la mobilité urbaine. Positionnez-vous dès maintenant pour décrocher de nouveaux contrats d'envergure !

© Crédit photo : Michele Ursi / Adobe Stock

Opportunité 1 : les pistes cyclables passent à la vitesse supérieure

C'est l'évolution la plus visible de l'écomobilité : la marche, les trottinettes électriques et les vélos, sans oublier rollers et skate-boards, rencontrent une popularité croissante pour les trajets quotidiens. En France, on compte + 52 % de trajets vélos en 2022 par rapport à 2019 (1). Cela s'explique non seulement par la prise de conscience écologique des usagers, mais aussi par la nécessité de maîtriser le budget transport, fortement impacté par la crise énergétique. 

Côté collectivités, elles encouragent ces mobilités douces afin de dépolluer l'air, désengorger les rues et maintenir leur population en bonne santé. Elles sont donc nombreuses à intégrer la construction de pistes cyclables et l'intermodalité dans leur stratégie d'urbanisme durable. 

La réalisation de pistes cyclables "en site propre" (séparées de la route) fait appel à l'expertise des professionnels du paysage dans des domaines bien plus variés que la seule végétalisation du parcours, comme :

  • la création de zones d'ombrage et de repos ;
  • la création de zones de stationnement aux abords de gares ou à proximité des transports en commun ;
  • la réhabilitation d'anciennes voies ferrées en voies vertes ;
  • la pose d'enrobés qui réduisent l'impact environnemental de la piste cyclable ;
  • l'installation de luminaires à énergie passive ;

Rien qu'en France, pour favoriser l’essor de la mobilité douce, on estime qu'entre 50 000 km et 90 000 km de pistes cyclables devront être construits d'ici 2050 (2).

Quand l'aménagement paysager s'invite dans les réseaux de transport : retrouvez des idées originales pour combiner infrastructures routières et végétal !

Des exemples pour s'inspirer

Opportunité 2 : donner une nouvelle place au trottoir

Avec le déploiement des transports doux et de l'intermodalité, le flux des usagers se déporte progressivement de la route vers le trottoir. Ces derniers sont cependant peu adaptés à ce nouveau flux de mobilité urbaine : trop étroits, pas assez ombragés, encombrés par les terrasses et camions de livraisons, difficiles d'accès pour les fauteuils roulants et poussettes… 

L'usage du trottoir fait débat et son élargissement, voire la piétonnisation des rues, nécessite de faire cohabiter les intérêts divergents des automobilistes, piétons, cyclistes, commerces et riverains. Le simple fait que la rue ne soit plus considérée comme une simple zone de passage, mais un lieu de vie (vie festive, vie sociale, vie politique…) amène les urbanistes à repenser ces parcours en les dotant de zones de repos, de convivialité, d'attente intermodale. Pour de tels projets, la nécessité d'une collaboration étroite entre élus, architectes et paysagistes se fait plus pressante que jamais !

Au cœur de Ljubljana, capitale de Slovénie, une des artères principales à quatre voies a été le théâtre d'une transformation radicale en 2015 (3). L'avenue Slovenska à été ramenée à deux voies réservées aux livraisons et transports en commun. Le reste de l'espace a été repensé pour s'adapter à la piétonnisation :

  • pistes cyclables ;
  • deux zones intermodales ;
  • rangées de frênes à fleurs ;
  • nouveau mobilier urbain ;
  • terrasses de bistrots et cafés conviviales…

Même les plus grandes avenues peuvent s'adapter à l'écomobilité… à condition d'être prévoyant. Ce chantier, achevé en 2015, a débuté en 2008 avec de petits aménagements, suivis de la construction d'une route de déviation, puis d'une phase de test durant laquelle la rue a été fermée par intermittence pendant trois ans.

 

Image d'une rue

L'avenue Slovenska en 1961  
© Wikimédia Commons

Opportunité 3 : halte au goudron, les sols de désimperméabilisent !

Les routes goudronnées empêchent le sol d'absorber les eaux de pluie et font grimper les températures en zone urbaine. Si l'écomobilité réussit à libérer de l'espace sur les routes, pourquoi ne pas envisager la désimperméabilisation des sols ? Grâce à leur connaissance pointue des végétaux, de la gestion de l'eau, des techniques de dépollution des sols et des revêtements naturels, les professionnels du paysage sont les partenaires privilégiés d'une stratégie d'urbanisme durable qui réintroduit la nature en ville.

Nous n'avons, en réalité, qu'une utilisation marginale des routes goudronnées. Pour détecter les zones inutilisées, les urbanistes ont recours à la technique du sneckdown, ou améneigement : lors des chutes de neige, on peut distinguer les endroits de la chaussée réellement utilisés par les engins motorisés et les reconvertir en espace piéton ou en pistes cyclables. En l'absence de neige, les feuilles mortes automnales peuvent faire l'affaire ! En Australie, certaines collectivités ont tout simplement recouvert leurs chaussées… de farine.

Malgré ces aménagements favorisant l'écomobilité, la ville verte ne peut pas se défaire totalement des véhicules motorisés. Les professionnels du paysage peuvent proposer des prestations de végétalisation son bâti, afin de capter le CO2 restant et étouffer le bruit, et continuer de créer des espaces verts qui prodiguent de multiples bienfaits. Le secteur a de beaux jours devant lui, et présentera ses meilleures solutions sur le prochain salon Paysalia !

Visitez Paysalia gratuitement


(1) Ministère de l'Écologie : Le vélo et la marche, des modes de déplacement vertueux et avantageux  
(2) FNTP : Les aménagements cyclables : se déplacer autrement et plus sobrement  
(3) Eurocities : The new life of Ljubljana’s main street

Paragraphes
Éditeur de texte

Un événement en coproduction avec 

UNEP
Éditeur de texte

Depuis son lancement en 2009, Paysalia est organisé en co-production avec l'UNEP qui accompagne au quotidien les entreprises du paysage grâce à ses 13 Unions régionales. L'UNEP défend les intérêts des entreprises du secteur paysage et des jardins, élabore les normes sociales de la profession et pilote la création des règles professionnelles du métier.