29-02-2024 Ville Verte

La fosse de Stockholm, une technique qui booste la croissance de l'arbre urbain

Née il y a seulement une dizaine d'années, la fosse de Stockholm est une technique qui ne manquera pas d'intriguer les collectivités et paysagistes.

paysalia
Paragraphes
Ckeditor

Née il y a seulement une dizaine d'années, la fosse de Stockholm est une technique qui ne manquera pas d'intriguer les collectivités et paysagistes. Et pour cause, elle combine une diminution du ruissellement et une meilleure croissance des arbres, tout en préservant la solidité des sols urbains. Lumières sur une technique novatrice, qui puise ses racines dans le macadam et les remblais de voies ferrées.
 

Quand la gestion de l'eau de pluie devient un casse-tête


Les problèmes d'écoulement des eaux pluviales sont bien connus des collectivités : en Suisse, les crues causent 270 millions CHF par an, et 30 à 50 % de ces dégâts sont causés par le ruissellement (1). Faute de végétation et de sol perméable, les milieux urbains ne peuvent infiltrer les eaux de ruissellement, augmentent leur risque d'être sujets aux ilots de chaleur urbains, mettent à mal leur biodiversité et sont encore plus sujets à la pollution de l'air.

 

La plantation d'arbres permet d'agir sur ces différents tableaux, mais sans environnement adapté, ils manquent d'oxygène et d'eau et finissent par dépérir. La question primordiale devient alors : comment s'assurer que ces végétaux s'épanouissent en milieu urbain ?

 

Erik Dahlbergsallén, une des premières rues de Stockholm a avoir accueilli des fosses de plantation innovantes
© Google Maps
Ckeditor

Un système de plantation simple, inspiré du macadam et des voies ferrées

 

Comme son nom l'indique, le concept de la fosse de Stockholm a pris racine en Suède, sous l'impulsion de Björn Embrén. Alarmé par le dépérissement des arbres de Stockholm causé par l'imperméabilisation des sols, il s'est inspiré des remblais des voies ferrées dans lesquels seule une faible quantité de matière organique suffit au développement d'arbres sains. Il a eu recourt à un mélange terre-pierre qui permet à la fois d'aérer et de fertiliser le sol. L'objectif est double :

 

  1. améliorer le développement des arbres ;
  2. favoriser l'infiltration des eaux pluviales.

 

Concrètement, la fosse de Stockholm utilise un mélange de roches concassées de diamètres variables (comme le macadam) et de la matière carbonée (biochar ou terra preta), un cadre en béton, des puits métalliques et du géotextile. Ce système présente de nombreux avantages :

 

  • non breveté ;
  • croissance élevée des arbres plantés ;
  • peut être installé sur un arbre déjà en place ;
  • bonnes propriétés de résistance mécanique, même lors du passage de véhicules lourds ;
  • facile à mettre en œuvre par les entreprises du BTP ;
  • nécessite peu de terre végétale, une ressource qui se raréfie ;
  • améliore la biodiversité en ville ;
  • économise de l'eau d'arrosage.

 

Le système présente cependant, outre le manque de recul dont disposent les professionnels du paysage, quelques inconvénients : le coût d'installation peut être élevé et il est impossible de réutiliser des sols existants.

 

schéma de plantation d'une fosse de stockholm
Schéma issu du guide « Planting beds in the city of Stockholm », 2009


À Stockholm, un chantier-pilote de fosses est devenu la norme
 

Une étude réalisée dans les années 2000 a révélé que seul un tiers des arbres de la capitale était en bonne santé. Sous la direction de Björn Embrén, 2 000 plates-bandes ont fait l'objet d'une désimperméabilisation des sols : un mélange terre-pierre surmonté d'une couche d'aération en pierres sèches, agrémentée de puits pour faciliter l'échange gazeux et la collecte d'eau de pluie. Des rigoles dirigent les eaux de ruissellement du trottoir vers ces puits.

 

Dans la rue-pilote Erik Dahlbergsallén, la circonférence des arbres plantés est passée de 30-35 cm à 70-83 cm en 10 ans, surpassant même celle des arbres présents depuis plus de 80 ans. Plus précisément :

 

  • 2.3 millions de litres d'eau pluviale par an sont gérés par l’espace d’enracinement des arbres ;
  • en conséquence, 4 600 m2 de surface de toitures et de trottoirs a pu être déconnecté du réseau d’assainissement ;
  • 2 600 €/an sont économisés pour le traitement des eaux.

 

Un exemple de végétalisation urbaine réussi, à tel point que cette technique est devenue la norme pour tous les autres projets de plantation sur l'espace public de Stockholm.

 

comparatif d'une fosse de stockholm

 

installation d'une fosse de stockholm
© Björn Embrén, ville de Stockholm

 

Ckeditor

Expérimentez la fosse de Stockholm !


Ce système de plantation vous intéresse ? L'Institut des professionnels du végétal ASTREDHOR recherche des volontaires pour expérimenter cette technique en France.

 

Vous êtes une collectivité ou un maître d'ouvrage motivé par l'intégration de la fosse de Stockholm sur un projet d'aménagement ? Vous voulez participer à l’expérimentation de cette technique ? Contactez Olivier Fouché : [email protected]

Ckeditor

Le salon Paysalia vous accompagne dans la végétalisation de votre ville : découvrez d'autres exemples de végétalisation urbaine ainsi que les solutions les plus efficientes et écologiques lors de notre prochaine édition !

Ckeditor

(1) G'plus Romandie : "L'eau, le sol et la cité", juin 2020

Paragraphes
Ckeditor

Un événement en coproduction avec