Carré des Jardiniers 2021 : 10 visions du « jardin du (bon) vivant » à découvrir

26 août 2021
Salon

Si l'on vous dit "jardin du (bon) vivant", à quoi cela vous fait penser ? Ce sujet choisi pour le concours Carré des Jardiniers 2021 est loin d'être anodin. Un fil conducteur empli de challenge pour les cinq finalistes, qui peut se décliner de mille manières. En prévision de ce grand moment apprécié de tous les professionnels du paysage, nous avons demandé aux anciens et nouveaux finalistes ce que ce thème leur évoque, ainsi qu'aux organisateurs du célèbre concours de jardins.

 

Retrouvez l'annonce officielle de ce nouveau thème

L'imagination des finalistes du Carré des Jardiniers 2021 en ébullition

Hélène PEPIN — Finaliste 2021

Un des axes de travail du paysagiste est la composition de plantes comestibles. Quand on parle à l’estomac, le plaisir est au rendez-vous ! Et quand on touche à l’émotion, on marque la mémoire. Pouvoir partager la passion des plantes par le biais de plantes comestibles, cela semble être une bonne porte d’entrée pour ce thème. Le jardin, pour nous, se détermine par son usage. Et quoi de plus sympathique que de pouvoir se réunir autour d’une table, dans un luxuriant jardin avec des fruits à portée de main ?

Stéphane FRITSCH — Finaliste 2021

Pour moi ce jardin exprime, éveille et stimule les cinq sens, et dégage une parfaite harmonie. Il y a toujours le rêve, l‘émotion et la beauté. Il permet de vivre des expériences vivantes multisensorielles. Ce jardin est également une œuvre d’art avec la création d’un espace de bien-être absolu où mon envie est d’émouvoir le visiteur et de lui transmettre des émotions, pour lui permettre de s’exprimer et s’épanouir.

Guillaume LACHANA — Finaliste 2021

Comme tout jardin, le jardin du (bon) vivant invite le visiteur à mettre tous ses sens en éveil et lui propose de voyager d’un milieu jardin urbain à un jardin en campagne. Dans les deux cas, l’objectif de notre jardin est de créer un sentiment de proximité et de bien-être auprès des visiteurs. Ensuite, notre jardin se veut nourricier, un lieu de culture de fruits et de légumes (...). Enfin, notre jardin aura un rôle pédagogique notamment en ce qui concerne l’avenir des sols et des supports de culture pour nos jardins, surtout en milieu urbain.

Franck SERRA — Finaliste 2021

Un jardin du (bon) vivant réunit l’abondance d’un jardin nourricier et le partage autour de grandes tables. Un espace du vivre ensemble que nous attendons tous. Il est écoresponsable dans sa conception du choix des matériaux et des végétaux jusqu’à sa mise en œuvre. Il démontre que la créativité peut se conjuguer avec la naturalisation urbaine et le bien-être de chacun. L’ensemble du jardin respecte le monde du vivant pour en dégager une ambiance chaleureuse réunissant les conditions attractives pour le bon vivant. Tournant autour d’un espace bien-vivre et d’un espace bien-être, le jardin répond à la notion du sens que l’Homme recherche.

Matthias ORSI — Finaliste 2021

En utilisant l'eau, le jardin du (bon) vivant prend vie. Une végétation diversifiée s'installe, pousse, s'épanouit, fleurit, produit, évolue, au fil du temps, en « symbiose » avec le jardinier. Au centre du jardin, la structure hydraulique qui recueille l'eau, forme une large ombrière, support de plantes grimpantes fruitières, apportant fraîcheur, et ajoutant une protection propice au divertissement, au partage, au repos, à la détente, au bien-être.

À lire également : L'eau a plus que jamais sa place dans les jardins !

Et les anciens finalistes du concours Carré des Jardiniers, qu'en pensent-ils ?

Antoine DELTOUR — Finaliste 2019

Un jardin, c'est d'abord la vie. La faune, la flore, le sol, l'eau… Un jardin équilibré est un jardin vivant, qui évolue avec sérénité et où chaque élément a sa place. Une place de choix pour que la diversité du vivant soit pleinement en activité et en osmose. Dans nos jardins, on intègre souvent des espaces nourriciers de type potagers, ce qui sous-entend pour nourrir l'Homme ! Nourrir l'Homme en harmonie avec le vivant, c'est faire vivre la planète en la respectant, en respectant la vie simplement !

André BISACCIA — Finaliste 2019

Pour moi, le jardin est festif. Le bon vivant, c'est la rêverie, la flânerie, les repas de famille. Les finalistes vont devoir y mettre du fun, parce qu'il y en a besoin ! C'est ce qu'attendent les clients aujourd'hui. Ils nous disent « heureusement qu'on a un jardin pour traverser ces périodes ». Le jardin va devenir un lieu où l'on va respirer, où l'on fait la fête et on se fait plaisir. Et puis la seconde notion, c'est le vivant. Le jardin est un être vivant qui peut nous donner des richesses. Je l'aurais bien connecté à un projet avec de la nourriture, comme un jardin nourricier ou un potager !

Jérôme GRANGER — Finaliste 2019

Spontanément, un jardin est fait pour le vivant ou le bon vivant, c'est un espace de partage et de plaisir. Quel que soit le fil conducteur que va prendre chaque finaliste, son jardin sera un jardin du vivant et du bon vivant. Le challenge, c'est comment capter le jury avec une thématique aussi large, avec des éléments qui vont encore plus surprendre ? Il faudra arriver à trouver le petit plus pour attirer l'attention !

Retrouvez les créations des cinq finalistes du Carré des Jardiniers 2019

Quand l'équipe organisatrice évoque sa vision du jardin du (bon) vivant

Laurent BIZOT — Président UNEP

Le jardin du (bon) vivant est pour moi un endroit où l'on a plaisir à se retrouver en famille ou entre amis au milieu du végétal. C'est un îlot de verdure où les enfants peuvent aller cueillir des fraises plantées au milieu de fleurs, pendant que les parents font un barbecue sous l'arbre fruitier qui donnera des confitures pour l'hiver tandis que le chien se roule sur l'herbe. C'est un lieu de vie, de contemplation, de partage et de gourmandise permettant de tisser des liens durables et intimes avec la nature.

Florence ROUSSON-MOMPO — Directrice du salon Paysalia

Le jardin du (bon) vivant est une thématique que nous avons voulu inspirante pour ce concours de jardins. Personnellement, je me dis qu’en cette sortie de crise sanitaire, l’union avec la nature est plus que jamais au cœur des préoccupations de chacun. Le jardin, au-delà même d'être une aspiration, est devenu une nécessité. Le jardin du vivant est le lieu qui met en lien tous les écosystèmes, qui favorise les synergies et les échanges. Le jardin du bon vivant, c'est un endroit où l’on se ressource, où l’on s’inspire, où l’on se nourrit le corps et l’esprit.

Le jardin du (bon) vivant est sans aucun doute une thématique qui va faire appel au lien très personnel que chaque finaliste entretient avec le végétal, mais aussi avec ses proches. Pour flâner dans leurs jardins éphémères et découvrir le vainqueur de l'édition du Carré des Jardiniers 2021, rendez-vous au salon Paysalia du 30 novembre au 2 décembre !


© Crédit photo :  jackfrog / Adobe Stock

Share this page:

© 2021 Tous droits réservés.   Mentions Légales - CGU - Politique de confidentialité